Reconnaître les symptômes du burn out

Les symptômes physiques du burnout

Émotionnels, psychiques, comportementaux, interpersonnels, les symptômes du burn out peuvent aussi être somatiques. La principale difficulté rencontrée par les médecins et leurs patients est alors d’identifier le lien entre ces symptômes et leur origine : qui se douterait qu’une otite pourrait en réalité trouver sa source dans un épuisement professionnel ?

Le burnout provoque en effet une baisse des défenses immunitaires, rendant la personne vulnérable aux assauts microbiens et viraux. Rhumes, grippes, maux de gorge ou d’oreilles se succèdent alors… Penser burn out ne fait pourtant pas encore partie des réflexes au moment du diagnostic.

 D’autres symptômes sont toutefois plus aisément associés à un burn out : troubles du sommeil, variations importantes en termes de poids (dans un sens comme dans l’autre), développement des addictions (tabac, alcool, drogue, médicaments), etc.

 Une fatigue physique devenant chronique malgré le repos peut aussi faire penser à un épuisement professionnel. Quant aux accidents cardiaques, ils sont fréquents chez les personnes soumises à un stress trop intense et continu, stress dont le burn out peut être une conséquence.

les symptômes psychiques du burn-out

Nous évoquions, la semaine dernière, les symptômes comportementaux du burn-out (épuisement professionnel). Bien que plus subjectifs, des symptômes psychiques sont également décelables chez les personnes sujettes au burn-out. Puisqu’ils concernent l’individu dans l’intimité de son ressenti, ils sont évidemment moins flagrants en société, donc difficilement décelables par l’entourage.

Symptômes du burn-out: la fatigue intellectuelle véritable alerte

Tout sentiment de fatigue intellectuelle doit pourtant vous alerter quant à un risque de burnout vous concernant directement. Vous vous sentez usé, essoufflé psychiquement dans vos tâches quotidiennes, et avez le sentiment d’une inefficacité croissante. Votre faculté de concentration commence à vous jouer des tours, tout comme votre mémoire qui semble parfois en panne.

Symptômes du burn-out: mémoire et capacité à décider en panne!

Prendre des décisions devient un véritable parcours du combattant, pour vous qui, auparavant, saviez si aisément vous adapter aux circonstances. Il s’agit d’analyser des faits pour régler un problème, arbitrer ou faire prendre un tournant à un projet d’entreprise ? Vous vous embrouillez, restant indécis lorsque vous auriez, quelques mois plus tôt, su pertinemment où vous alliez et comment avancer.

Symptômes du burn-out: anxiété latente et pernicieuse!

Plus généralement, vous souffrez d’une anxiété insidieuse, qui vous poursuit dans votre vie privée. Dans les cas les plus sérieux, une réelle détresse psychique apparaît, conduisant parfois à des pensées suicidaires.

Inutile d’en arriver là pour agir ! L’apparition de tels symptômes, même s’ils vous semblent de prime abord bénins ou passagers, doivent vous mettre sur vos gardes et vous devez en parler à votre médecin. Pas de fausse pudeur, votre santé psychique est en jeu alors jouez carte sur table avec lui et n’hésitez pas à lui poser la question du burn-out.

Comment reconnaître les symptômes interpersonnels du burnout?

Une personne sujette à l’épuisement professionnel connaît de véritables difficultés dans sa relation aux autres. Autrui, loin d’être synonyme de possibles échanges constructifs, devient source de stress, de problèmes et d‘épuisement professionnel.

Isolement et cynisme gagnent du terrain dans l’épuisement professionnel

La communication avec l’entourage, privé et/ou professionnel, se réduit progressivement, conduisant à un isolement progressif de la personne sujette au burnout. Elle se désengage de projets qui avaient pu l’enthousiasmer et qu’elle avait même, parfois, initiés… d’où une incompréhension grandissante de ses équipes. Rigide à souhait, elle adopte une attitude de plus en plus bureaucratique, se réfugiant derrière des processus, des règlements, des ordres.

Au mieux, elle tend à cesser toute interaction avec autrui. Au pire, elle devient agressive, son amabilité reconnue laissant place à une attitude méprisante voire cynique. Les liens se cassent… et le burnout progresse, écrasant tout échange sur son passage. Et qui n’échange plus, s’enfonce encore davantage… Danger, danger. Risque d’épuisement professionnel aggravé, risque de dépression.

Mais ne paniquez pas en lisant ces lignes ! Essayez simplement de prendre votre problème, votre épuisement professionnel, à bras le corps : si vous vous reconnaissez dans cette description, venez par exemple échanger sur notre blog… un 1er pas, peut-être, vers un renouveau relationnel.

5 réponses sur “Reconnaître les symptômes du burn out”

  1. Bonjour,
    Je souffre depuis plus d’un an d’otites à répétition (je travaille dans un standard…). Malheureusement pour moi, j’ai perdu 50% d’audition et suis depuis peu appareillée. Mon poste n’est pas adapté au port de prothèses auditives, ce qui fait que je suis obligée de les enlever pour travailler. cela me fatigue et réveille des douleurs d’otite. Depuis quelques temps, ce sont les migraines qui se déclarent systématiquement le jour où je travaille (je suis à temps partiel) et m’empêchent donc de travailler. Mon DRH ne fait rien pour arranger les choses car elle m’a changé de poste (je suis plus exposée au bruit) et m’envoie systématiquement des RAR (7 en 3 mois…). Je dois voir un psychiatre la semaine prochaine car je ne supporte plus cette situation : je dors mal, j’angoisse à l’idée d’aller travailler. Je ne peux pas m’arrêter car je travaille ailleurs que dans cette société. A noter que je suis reconnue travailleur handicapé mais seule face à ma hiérarchie.

    1. Le médecin du travail a posé des limites bien précises pour encadrer mon activité. Mon aptitude est réévaluée tous les deux mois en attendant que mon poste de travail soit adapté. Mais ses préconisations ne sont pas respectées par l’employeur…
      Elle hésite donc à me déclarer inapte et attend le retour du psychiatre que je dois voir la semaine prochaine.
      Je commence à penser comme elle également mais les choses sont allées très loin dans cette affaire et le défenseur des droits traite mon dossier. Malheureusement, cela prend du temps et je ne sais pas si je tiendrai encore longtemps à ce rythme.

      1. J’en parle autour de moi : mon ami, ma famille, des collègues étrangers à la structure. Tous sont d’accord pour me dire qu’il faut que je me batte et c’est ce que j’ai l’intention de faire. Mais avouez que les encouragements ne sont pas le tout ; un appui serait le bienvenu. Je suis en rapport avec le « défenseur des droits » qui traite mon dossier en priorité d’après ce que l’on m’a répondu. Je contacte des délégués syndicaux également. Mon ami doit contacter un avocat ce soir car il y a urgence : je suis convoquée la semaine prochaine pour une sanction disciplinaire… Sinon, j’ai fait une main courante au commissariat pour signaler le harcèlement de mon DRH.
        Même si les choses se font petit à petit, dans ces situations de mal, l’urgence est plus prégnante, rien ne va assez vite.
        Merci de votre soutien.
        Tao

  2. Je viens juste de découvrir votre site. Pour résumer mon histoire en 2010 une collègue avec qui je m’entendais super bien à déposer plainte contre moi pour harcèlement à la médecine du travail. Je suis tombée sur mon derrière. L’analyse a durée quasi 1an ou j’ai du répondre à des milliers de question. La conclusion à donnée que je ne la harcelait pas, mais par contre qu’il y a avit de la violence au travail venant d’elle contre moi. À l’époque les autorités (bourgmestres)n’ont rien fait aucune sanction ne lui a été imposée!
    Aujourd’hui 2012, elle dépose à nouveau plainte contre moi, mais cette fois au niveau du parquet, pour les même faits hors que depuis 2010 nous avons été séparées de service. Et donc, je dois à nouveau répondre à des milliers de question.
    Finalement, et bien je me retrouve actuellement en burn out, je n’en peux plus je suis vidée. Je ne sais plus rien faire, je ne conduit plus, ne fait plus de shopping, ne participe plus à rien tellement je suis fatiguée. Je ne sais jamais de quoi demain sera fait.
    Ce mardi j’ai du faire venir le médecin car j’avais horriblement mal de gorge, mal dans la poitrine quand j’avale du liquide, je n’arrête pas de tousser, je suis essoufflee. Et d’après le médecin je n’ai rien c’est du au burn out!!! J’ai vraiment peur de ce burnout car il me fait vivre un enfer. Si des personnes vivaient comme moi un burnout, SVP, partagé le avec moi, car j’ai tellement peur d’attraper une saleté.
    Merci a vous a bientôt j’espère. Isa

  3. Je tiens à vous remercier pour votre réconfort car beaucoup de personnes qui m’entourent ne savent pas ce que c’est d’un burnout et on l’impression que je suis seulement fatiguée en tout temps. Heureusement j’ai mon mari à mes côtés qui comprend et me soutien.

    En ce qui concerne mon médecin traitant elle m’a mise en maladie jusqu’en août 2012. Elle m’a également prévenue que ce n’était qu’un début, car j’avais voulu aller trop loin. Mais bon ça c’est moi, encore et encore…

    Par contre, pour la médecine du travail, c’est eu qui on fait la première analyse. C’est eux qui en on conclu de la violence à mon égard! Ici je compte les informer que rien a été fait au niveau des autorités suite à la violence au travail (moral) mais j’ai le sentiment qu’ils le savent déjà et qu’ils ne feront rien contre les autorités c-à-d les bourgmestres de notre collège de police.

    Ça me donne vraiment l’impression que dès que je frappe à une porte, elle s’ouvre, mais dès que j’explique mon histoire et qu’on voit qu’il faut aller contre un bourgmestre, alors la porte se ferme rapidement.

    Je suis suivie par une psy pour ces problèmes au travail. Elle même m’a dit que c’était par le manque de réaction du bourgmestre que la santé c’est dégradée à ce point, car il aurait du agir directement en 2010 contre cette personne maléfique.

    Je suis vraiment perdue et ne sais plus à quelle porte frappée. De plus, j’ai vraiment la sensation que je dois me défendre maintenant pour pouvoir le guérir. J’ai l’impression que si je ne fais rien, je n’arriverai jamais à sortir de ce burnout!! C’est affreux comme sensation.

    Si vous avez des conseillés à me donner surtout n’hésitez pas, ils seront les bienvenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *